SÉLECTION: BEST OF 9e ART 2018 #7 - LE MANGA

09/04/2019

Souvent mal-aimée des bédéphiles, mais affichant de spectaculaires chiffres de vente, la bande dessinée japonaise ou manga revêt des formes extrêmement variées, des comédies dramatiques et romantiques de Rumiko TAKAHASHI aux geishas guerrières de Kazuo Kamimura en passant par les interminables combats de Dragon Ball et autres tranches-de-vie douces amères ou décalées.

Le petit événement de 2018 fut sans conteste l'apparition de Vega, jeune maison d'édition pilotée par le groupe Steinkis et dont nous ne pouvions qu'attendre de la qualité. Voici donc les quatre titres nippons ayant égayé mon année 

 

 

LA CANTINE DE MINUIT

de Yaro ABE

Le Lézard Noir

 

Nous commencerons avec le quatrième volume de l'une de mes séries favorites : La cantine de Minuit. L’inénarrable (dixit l'éditeur ayant connu quelques repas épiques en sa compagnie) Yaro ABE y raconte les interactions au comptoir d'un petit restaurant de nuit où habitués et nouveaux arrivants peuvent s'y faire servir ce dont ils ont envie pour peu que le patron dispose des ingrédients nécessaires.

Débordant d'émotion, d'intelligence et de chaleur humaine, ce titre aborde des thèmes aussi variés que l'échec professionnel, le célibat, le deuil, la famille ou encore les fêtes traditionnelles, le tout à travers le prisme de la nourriture. Car ici, chaque chapitre s'articule autour d'un plat traditionnel qui, élaboré ou au contraire d'une simplicité déroutante comme les sobres palets de patate douce sautés à la sauce soja, vous mettra l'eau à la bouche. Un bijou d'humanisme culinaire très correctement adapté pour le petit écran sous le titre Midnight diner, Tokyo Stories.

 

MIMIKAKI

Yaro ABE

Le Lézard Noir

 

Toujours de Yaro ABE et toujours aux éditions du Lézard Noir, l'une des seules maison d'édition française à éditer du manga d'auteur très indépendant dont notamment de l'ero-guro (sous-genre à la fois érotique et horrifique), Mimikaki met en scène une beauté diaphane qui, dans un salon très particulier, enchante ses clients grâce à son usage subtil du mimikaki, petit bâton de bambou destiné à nettoyer les oreilles mais également capable de procurer un sensuel apaisement.

Commencée puis longtemps abandonnée puis enfin reprise, cette histoire aurait bien pu ne jamais nous parvenir et c'eût été fort dommage. Car, grâce à son héroïne à la fois douce et voluptueuse ainsi qu'à ses protagonistes extrêmement touchants, Mimikaki réjouit le coeur ainsi bien sûr que les yeux. Car les lignes diaphanes de Yaro ABE ont quelque chose de magique, capables à la fois d'exprimer la retenue nippone mais également les bouillonnements  intérieurs d'un peuple peu enclin à laisser paraître ses émotions.

 

PELELIU - Guernica of paradise

Kazuyoshi TAKEDA

Vega 

 

Lancées à l'automne 2018, les éditions Vega ont immédiatement frappé fort, notamment avec le très beau Magmell (imaginant un aquarium des abysses auquel Tokyo serait directement relié par une ligne de métro) mais surtout avec Peleliu. La série revient sur la très longue bataille ayant eu lieu en 1944 sur l'île éponyme et ayant opposé quarante-mille soldats américains venus conquérir ce qui était considéré comme une base aérienne stratégique permettant un accès privilégié aux Philippines à dix mille soldats japonais fermement décidé à ne rien lâcher.

Hormis le fait de célébrer une poignée de combattants au coeur bien accroché et au patriotisme irréprochable, Peleliu est avant tout une lecture sacrément palpitante osant aborder l'une des pires bavures de la Seconde Guerre. Sa particularité est de représenter les soldats sous la forme de petits bonshommes ronds et maladroits aux regards empreints d’innocence et d’angoisse. Outre le fait de permettre un saisissant effet de contraste avec le propos souvent cru et violent, ce parti-pris graphiquement enfantin souligne l’absurdité de cette bataille tout en contribuant à dédiaboliser les japonais, l’unique soldat américain dessiné étant lui doté des traits d’un adulte.

 

SOUVENIRS DE LA MER ASSOUPIE

Shinya KOMATSU

IMHO

Souvenirs de la mer assoupie est une savoureuse tranche de vie d'une extrême poésie et mettant en scène la petite Lisa Bordemer au sein d'un village côtier d'une blancheur hellénique dans un tourbillon d'étranges instruments de musique, de marchands de glace magiciens ou de villes fantômes rêvées par des coquillages.

Ici, l'imagination est débridée, chaque élément s'anime et se transforme, le tout, fait extrêmement rare, entièrement en couleurs. Car l'attrait de cet opus est avant également visuel, le lecteur pouvant à tout âge se laisser porter par cette galerie fantasmagorique et ses bizarres accessoires alors que le trait de Shinya KOMATSU, d'une rondeur et d'une légèreté sans pareilles, exprime au plus juste les émotions de ce cet univers défiant les lois de la physique.

 

C'est tout pour les mangas! RV la semaine prochaine pour la dernière partie du top:

les albums WTF

Please reload

POSTS A L'AFFICHE
POSTS RÉCENTS
Please reload

ARCHIVES
Please reload

Retrouvez-nous

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Google+ - Black Circle

ME SUIVRE

  • Facebook - Black Circle
  • Contact_vmc2015_edited
  • Instagram - Black Circle

© 2018 Sofie Von Kelen

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now