CHRONIQUE: "Achevé d'imprimer" des STUDIOS TANIBIS aux éditions Tanibis

27/05/2019

Lorsque Gilbert Pinos, reporter pour un torchon national, est victime d’un pépin cardiaque et ne doit la vie qu’à un quintuple pontage, les options s’offrant à lui ne sont pas légion. Heureusement, l’un de ses amis lui souffle une brillante idée: devenir éditeur de bandes dessinées. Ni une ni deux, Gilbert rachète les éditions Tanibis sur le point de mettre la clé sous la porte, embauche des sbires à la hauteur de son ambition et publie Le petit Lord, histoire jeune public trouvée dans un grenier. Mais le destin d’éditeur indépendant n’est pas rose tout les jours et, de ventes catastrophiques en incidents techniques, le projet se met à prendre l’eau de tous côtés...


 

L’aventure Tanibis Channel

 

En 2011, les éditions Tanibis lancent Tanibis Channel, l’une des première séries transmedia consacrées à la bande dessinée indépendante. Composé de dix séquences, ce projet reçut un accueil chaleureux et posa les bases (hilarantes) d’une critique (beaucoup plus sérieuse) du monde de l’édition BD. Là naquit le fameux Gilbert Pinos, directeur fictif d’une version alternative de Tanibis, somme de tous les éditeurs véreux de la planète et même au-delà. Sous forme de bande dessinée ou de contenu plus classique, Tanibis Channel navigua durant quelques années entre réalité (interviews d’auteurs, biographie de la maison d’édition) et fiction, pédagogie et satire, le tout sans se prendre au sérieux mais tout en mettant cependant le doigt sur certains points sensibles tels que l’exploitation des stagiaires, la course aux prix ou encore la création fast-food.

 

 

 

Un pastiche d’une agréable férocité

 

Achevé d’imprimer s’impose un peu comme le onzième épisode de la saga, segment que les créateurs de Tanibis Channel ont voulu bien plus copieux et revenant plus en détails sur la carrière de Gilbert Pinos.

Le moins que l’on puisse dire c’est que le monde de l’édition BD en prend pour son grade, du moins une partie... Car en effet, si l’ouvrage met en scène l’archétype de l’éditeur détestable permettant de mettre en exergue les travers du milieu, il décrit cependant avec bienveillance la branche saine de l’édition BD, hommage dont plusieurs nobles représentants (notamment notre très cher ami Michel JANS, coucou Michel!) font ici une courte apparition. Les bédéphiles reconnaitront les nombreuses allusions tant à des séries cultes et plutôt commerciales qu’à des publications Tanibis, tandis que les néophytes s’amuseront quant à eux du ton acide ainsi que du dessin faussement rudimentaire.

 

Un ouvrage fort instructif usant d’un humour potache afin d’ouvrir les yeux sur les dysfonctionnements et abus du secteur tout en attirant l’attention sur les éditions Tanibis, maison discrète aux publications rares mais pointues et qualitatives. Cerise sur le gâteau: le tout ne coûte que cinq euros soit moins que le prix d’une pinte de blonde ordinaire dans n’importe quel troquet parisien ce qui, vous l’avouerez, n’est pas cher payé pour avoir accès aux coulisses de cet univers fort peu médiatisé...

 

 


 

Please reload

POSTS A L'AFFICHE
POSTS RÉCENTS
Please reload

ARCHIVES
Please reload

Retrouvez-nous

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Google+ - Black Circle

ME SUIVRE

  • Facebook - Black Circle
  • Contact_vmc2015_edited
  • Instagram - Black Circle

© 2018 Sofie Von Kelen

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now