A PARAÎTRE: "Welcome to Hell(fest)" L'intégrale

06/11/2019

 

    Il y a 5 mois pile, je disparaissais temporairement de ce site ainsi que du journalisme BD afin de mener à bien un gros projet aujourd'hui sur les rails. Mais croyez moi, ce ne fut pas de tout repos…

 

    Pour ceux qui l'ignorent encore, je conçois, co-scénarise et co-édite depuis 2012 avec mon ami et associé Johann Guyot un comics racontant nos aventures au Hellfest avec pour résultat 3 volumes parus entre 2014 et 2018 (pour plus d'infos sur la série, rendez-vous sur l'onglet publications).

 

    A notre grande surprise, le premier opus est rapidement épuisé, tout comme le troisième.  Nous envisageons donc une réimpression. Cependant, au vu des formats hétéroclites des albums ainsi que de certains petits défauts techniques (comme le choix de couvertures mates non pelliculées, certes classes mais également fragiles ainsi qu'un souci de balance des noirs sur le tome 3), nous optons pour une autre solution: une belle intégrale augmentée munie d'une couverture cartonnée et dont les bonus offriraient un retour sur les années 2018 & 2019, un cahier graphique ainsi que pas mal de surprises.

 

    Fin Juin dernier, fraîchement revenus du festival, nous nous mettons vraiment au travail, compilant les notes et croquis récupérés sur les deux dernières éditions et mettant au point le planning de prod. A ce stade des choses , je suis persuadée que l'aventure sera fluide, que lever 12 000 euros se fera sans trop d'efforts et pourrait même bien m'amuser. Car au vu de nos finances, le financement participatif n'est pas une option. Notre choix se porte sur Ulule dont nous avions déjà rencontré certains représentants lors d'un petit déjeuner professionnel organisé en 2018 par le festival Quai des Bulles.

 

   La rentrée étant à priori favorable au crowfunding et désireux de pouvoir proposer le livre à nos contributeurs avant Noël, nous lançons donc la campagne début Septembre, parallèlement aux dernières semaines de bouclage du livre (sinon ce n'est pas drôle) et simultanément à mon déménagement de Paris vers Bordeaux (histoire de corser encore un peu le débat…)

     Ma tanière bordelaise est inachevée et je campe dans un appartement prêté entièrement vide sans connexion internet digne de ce nom. J'entame alors l'animation d'une campagne de six semaines dont j'aurai détesté la moindre minute… 

 

 Chaque jour en effet, je trouve épouvantablement difficile et stressante cette sollicitation constante de nos futurs contributeurs. Maniant simultanément mon laptop, mon téléphone et ma théière telle une Shiva rongée par l'anxiété, je jongle entre Gmail, Facebook, Instagram et Linkedin. Et chaque jour, ma foi inébranlable en notre projet est contrebalancée par l'angoisse existentielle de me rendre coupable de harcèlement sur les réseaux.

    En moins de deux semaines, je deviens incapable de faire quoi que ce soit sans imaginer que cela ferait l'objet d'un bon post. J'ai l'impression que ma vie ne m'appartient plus et se réduit à un enchaînement d'opérations de com frénétiques, que je sois à mon bureau, à l'atelier, dans la rue, dans le bus, dans les bars ou même dans mon lit.

    Je deviens obsessionnelle, irritable, ultra-susceptible et fatalement, le charmant petit clerc de notaire en costard avec lequel j'entretenais depuis peu une relation déjà houleuse finit par se faire la malle. Peu de regrets cependant, il était de droite...

 

   Mais revenons à ce concept de levée de fonds...

   Lorsqu'il s'agit de vendre quelque chose, qu'il s'agisse d'un objet, d'un service ou de soi-même, certains exultent, révélant des trésors de persuasion ainsi qu'une compétitivité naturelle capable de rendre ludique le mailing le plus soporifique ou de faire de chaque intervention sur Instagram une preuve de leurs talents d'influençeurs. 

    Certains, mais pas tout le monde et visiblement pas moi….

    Car, comme je le soupçonnais fortement, il apparaît que je suis pour le moins dénuée de cette fameuse fibre commerciale, que vous pensiez celle-ci innée ou liée à l'évolution sociale selon votre obédience essentialiste ou constructiviste. Rompue au métier de journaliste, je n'ai aucun problème avec le fait de solliciter une interview, une collaboration, des informations ou autres données susceptibles de m'aider à bien faire mon travail. Mais là, il s'agit de réclamer des euros purs et durs…

 

   Ici, de multiples raisons à ce blocage peuvent être invoquées, des plus classiques comme le fait d'avoir été élevée dans une famille où l'on ne parle jamais d'argent, aux plus personnelles comme le fait d'évoluer généralement dans des cercles contres-culturels dont les membres roulent rarement sur l'or. Toujours est-il que ce fut long, douloureux et que je ne remercierai jamais assez nos chers contributeurs pour m'avoir permis de mener à bien cette mission et ce malgré mon absence de dispositions naturelles pour l'exercice...

 

   Nous atteignons finalement l'objectif trois jours avant la fin de la campagne.

   Big up pour  chaque personne impliquée de près ou de loin et plus particulièrement Tangui (A Jeter Promotion) et ses conseils inspirés, notre attaché de presse Roger (Réplica Promotion) ainsi que toute l'équipe Ulule et plus particulièrement Dominique Clère qui, bien que n'étant absolument pas notre accompagnateur dédié, a patiemment répondu à mes messages fréquents et paniqués.

 

   Une fois dissipée la gueule de bois du lendemain, nous calculons alors qu'il nous reste moins d'une semaine pour boucler des contenus qui en auraient demandé trois avec en prime une nouvelle édition du festival Quai des Bulles. Ce road trip tombe cependant à pic car, requinqués par l'air breton et inspirés par les beaux bouquins ainsi que les merveilleuses expositions, nous hantons l'atelier en serrant les mâchoires afin de fournir les ultimes textes et dessins. Ravagé par une rage de dents, notre graphiste télécharge, inspecte et modifie des téraoctets de bons à tirer jusqu'à ce qu'enfin, au terme de cinq mois bannissant toute vie privée saine et constructive, nous validions la version finale du fruit de nos efforts.

 

   Et voici à peu près où nous en sommes à présent, pas peu fiers de ce gros livre rouge et noir dont nous recevrons les épreuves courant décembre. Nos fidèles contributeurs seront bien entendu les premiers servis, avant Noël comme promis. Le livre sera ensuite disponible sur notre boutique en ligne ainsi que sur notre stand dans la Bulle du Nouveau Monde durant le Festival International de la Bande Dessinée d'Angoulême avant d'atterrir chez les libraires début Mai afin de concorder avec l'édition anniversaire des 15 ans du Hellfest.

 

   Vous connaissez maintenant toute l'histoire. Ce fut éprouvant mais instructif. J'aurai appris davantage durant ces cinq mois que durant une année entière formation académique et, si je sais désormais que le community managing n'est définitivement pas un boulot fait pour moi, je suis fière d'avoir tenu bon et d'avoir eu des résultats.

 

    A très bientôt donc sur ce site pour une reprise régulière des chroniques

 

 

 

Please reload

POSTS A L'AFFICHE
POSTS RÉCENTS
Please reload

ARCHIVES
Please reload

Retrouvez-nous

  • Facebook - Black Circle
  • Twitter - Black Circle
  • Google+ - Black Circle

ME SUIVRE

  • Facebook - Black Circle
  • Contact_vmc2015_edited
  • Instagram - Black Circle

© 2018 Sofie Von Kelen

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now